Congrès International sur le thème “Les filles d’Afrique et la lutte pour la santé, l’éducation et le développement”, en Afrique du Sud

Les filles du continent africain continuent de faire face à des défis qui entravent leur réussite, tels que le bien-être général, la pauvreté, l’analphabétisme, la mauvaise santé, la traite des enfants, entre autres. Cette situation ne peut continuer à être ignorée.

Dans ce contexte et pour faciliter le renforcement des capacités en matière de protection de la petite fille, AGA-Afrique Programme a été invitée à participer à une conférence interactive organisée par Good Governance Africa en collaboration avec la Fondation Telkom et le Boston City Campus le 11 octobre 2022 – Journée internationale de la petite fille.

La conférence a réuni des participants du Fonds international des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), de la Fondation Oliver & Adelide Tambo, de la WITS School of Education, des représentants des Nations unies de toute l’Afrique, du public, ainsi que des experts en la matière du Kenya, du Malawi et de la Zambie. La conférence avait pour but de sensibiliser à la situation des petites filles en Afrique et d’échanger des outils, des stratégies et des informations sur ce qu’il faut faire pour persuader les gouvernements d’appliquer les lois protégeant les jeunes filles.

L’atelier a été officiellement ouvert et modéré par Linda Vilakazi, coordinatrice de African Women in Dialogue and Development Consultant. Kim Robinson, coordinatrice nationale d’AGA-Afrique Programme pour l’Afrique du Sud, Chukukere Unamba-Oparah, directeur de programme d’AGA-Afrique Programme et coordinateur national pour le Kenya, et Lebogang Romafoko, directeur exécutif d’Oxfam, ont également prononcé des observations liminaires.

La première session de cette conférence hautement interactive a été animée par Sarah Mthintso, directrice générale de la Fondation Telkom. Parmi les panélistes figuraient Toni Ramatswi, directeur de programme, Fondation Telkom, Busisipho Siyobi, chercheur principal, Good Governance Africa et Dr. Rachel Sibande, directrice principale de la sensibilisation en Afrique-DIAL à la Fondation des Nations Unies.

La deuxième session était animée par Candice Chirwa, ministre de la Menstruation, Making Cents International. Les intervenants étaient Habiba Osman, secrétaire exécutive de la Commission des droits de l’homme du Malawi, Nokuthula Prusent, spécialiste du développement des adolescents, du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), en Afrique du Sud, Hendrietta Bogopane-Zulu, vice-ministre du développement social, en Afrique du Sud, et Beryl Opiyo de la Kisumu Feminist Society.

La troisième session a été animée par Christina Dube, chef de département, à Good Governance Africa. Parmi les panélistes figuraient le Dr Linda Nkomo, directrice générale de LoveLife, Engwase Mwale, directeur général de Zambian Financial Sector Deepening Limited, Bafana Khumalo, directeur exécutif de Sonke Gender Justice et Mashudu Nefale, psychologue clinique principal de l’université de Pretoria.

Le Dr. Jane Viljoen, responsable de la planification et du développement académique, du Boston City Campus, a prononcé le discours de clôture de la conférence, remerciant tous les participants pour leur présence virtuelle et physique.