Webinaire sur le thème « Tendance, modèle ou crime : Une évaluation critique des abus sexuels basés sur l’image au 21e siècle », en collaboration avec l’initiative Stand to End Rape (STER) du Nigeria

L’abus sexuel basé sur l’image (IBSA) fait référence à la création et/ou à la distribution non consensuelle d’images sexuelles privées, y compris la pornographie de vengeance typique, ainsi que les images prises de manière consensuelle qui ont été piratées ou volées puis partagées.

 

Les préjudices de l’abus sexuel basé sur l’image sont profondément liés au genre et les victimes sont principalement des femmes et des filles. L’abus et le harcèlement dont elles font l’objet sont de caractère très sexuel et misogyne, mais dans certains cas, les hommes sont victimes d’extorsion et de chantage. La persistance des doubles standards sexuels permet aux délinquants de faire honte aux victimes et de les humilier en les amenant à devenir la risée de leurs familles, amis, employeurs et des étrangers qui rejettent généralement la faute sur elles.

 

AGA-Afrique est fermement opposée à toute forme de violence basée sur le genre. En collaboration avec l’initiative Stand to End Rape (STER), nous avons organisé un webinaire le 7 décembre 2021 intitulé “Tendance, modèle ou crime : Une évaluation critique des abus sexuels basés sur l’image au 21ème siècle“.

 

Le webinaire avait pour but de fournir une plateforme pour des discussions stimulantes entre les activistes des droits de l’homme, les officiers de justice, les agences chargés du respect et de l’application de la loi, le pouvoir judiciaire, les avocats, les ministères du gouvernement (fédéral et des États) et le grand public sur la législation relative à la violence sexuelle basée sur l’image en vue d’engendrer les réformes nécessaires pour créer une législation robuste qui couvre toutes les formes d’abus sexuels basés sur l’image et inclut des recours civils et pénaux pour les victimes.

 

Le webinaire a été officiellement ouvert par Ebelechukwu Enedah, coordinateur national d’AGA-Afrique pour le Nigeria et partenaire de PUNUKA Attorneys and Solicitors.

 

Les différentes sessions du webinaire, qui étaient pour la plupart très instructives, ont été animées par des experts en la matière dont la liste se présente comme suit: Dame Julie Okah-Donli, présidente du Fonds de contributions volontaires des Nations unies pour les victimes de la traite des personnes (UNVTF) et fondatrice de la Fondation ROOTS, Miiko Anderson, conseillère juridique diplômée en criminologie et adjointe principale du procureur du comté de Fresno, Amy Stephens, Directrice Exécutive / Conseillère principale et médiatrice en Affaires gouvernementales, de la division du département Américain de la Santé et des Services Sociaux dénommée Administration for Children and Families (ACF), Rita Uzoma Okolo, juriste et fondatrice de la Fondation Urio, Khadijah El-Usman, Responsable, Afrique de l’Ouest anglophone, du programme Paradigm Initiative, Benjamin Nwosu, chef de cabinet chez OFY Lawyers et avocat spécialisé dans les droits de l’homme et Richard A. Aborisade, PhD, Maîtres de Conférences en Criminologie et Victimologie au Département de Sociologie de la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Olabisi Onabanjo.

Isioma Nnenna Alexis Idigbe, responsable du droit des médias, du divertissement et de la propriété intellectuelle du Cabinet PUNUKA Attorneys & Solicitors, a animé les différentes sessions.

Le coordinateur national d’AGA-Afrique pour le Nigéria et l’associé de PUNUKA Attorneys and Solicitors, Ebelechukwu Enedah, ont clôturé ce webinaire à succès.