Atelier “Crypto-monnaies et le blanchiment d’argent ” basé sur le commerce en collaboration avec l’Institut de Pratique et Développement Juridique (ILPD), Rwanda

Les États membres de la Communauté d’Afrique de l’Est, dont le Rwanda, disposent de réglementations individuelles concernant le blanchiment d’argent et les cryptomonnaies. Cependant, malheureusement, les capacités limitées en matière d’enquêtes et de poursuites ont entravé la récupération et le traçage des ressources perdues par les escroqueries financières et les transferts d’argent illicites.

Si le Rwanda a fait des progrès considérables par rapport à ses pairs de la région en promulguant un certain nombre de lois pour lutter contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive ainsi que les crimes connexes, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer les connaissances et la sensibilisation aux risques que le blanchiment d’argent basé sur le commerce représente pour le pays.

Afin de mieux sensibiliser sur les cryptomonnaies, AGA-Afrique, en collaboration avec l’Institut de Pratique et de Développement Juridique (ILPD), a organisé un atelier de deux jours sur les cryptomonnaies et le blanchiment d’argent basé sur le commerce du 23 au 25 mars 2021 à Nyanza, au Rwanda.

L’atelier de trois jours visait à approfondir la compréhension des participants sur les cryptomonnaies et le blanchiment d’argent basé sur le commerce en renforçant leur capacité à identifier et à enquêter sur les activités illicites basées sur le commerce et ses risques, ainsi qu’à faciliter la coordination et l’échange d’informations entre les agences parties prenantes dans la lutte contre ces crimes au Rwanda.

L’atelier a été officiellement ouvert par Markus Green, membre du Conseil d’Administration d’AGA-Afrique, et Dr Didas M. Kayihura, Recteur de l’Institut de Pratique et de Développement Juridique (ILPD).

Les sessions de l’atelier ont été animées par Jessica Mila Schutzman, Directrice des enquêtes financières et cybernétiques du bureau du procureur du comté d’Ulster, Steven A. Block, partenaire, Thompson Hine LLP (ancien procureur fédéral et chef adjoint du bureau du procureur des États-Unis pour le district nord de l’Illinois), Rachel Heintz, procureur général adjoint , section de la lutte contre les crimes économiques et toutes entreprises criminelles du sud de l’Arizona, bureau du procureur général de l’Arizona, Prof. Moin A. Yahya, Professeur de droit, Université d’Alberta, Stephen Kiptinness, Associé Principal, Technology and Intellectual property, Kombe Kaponda, ingénieur en réseaux TIC et solutions de sécurité, Dr. Bright Gameli Mawudor, services de cybersécurité, Internet Solutions Kenya et fondateur du collectif de cybersécurité Africahackon, Eunice M Maingi, coordinatrice de projets de sécurité informatique, responsable de la recherche sur les blockchains, Université de Strathmore.

Formation aux techniques de plaidoirie en collaboration avec l’Autorité nationale des poursuites, Zambie

AGA-Afrique cherche à promouvoir les relations avec les organismes chargés de l’application de la loi en Afrique et aux États-Unis pour lutter contre les crimes transnationaux. Dans ce contexte, AGA-Afrique s’est associée à l’Autorité nationale des poursuites de Zambie pour réunir les avocats de l’État afin de partager les connaissances sur les outils et les techniques utilisés dans la défense des droits du 24 au 26 février 2021.

L’objectif de la formation était de renforcer, d’aiguiser et d’accroître les compétences des participants en matière de plaidoirie tout en intégrant les bonnes pratiques internationales.

La formation a été officiellement ouverte par Markus Green, membre du Conseil d’Administration d’AGA-Afrique, avec le discours inaugural de Fulata Lillian Shawa Siyuni, Ministère public.

Les distingués modérateurs venus des États-Unis étaient Olu Salami, assistant du procureur du comté de Polk, Des Moines, Iowaines, Iowa et Natalae Velez, consultante en matière de violence domestique et de traite des êtres humains.

Les experts régionaux étaient Catherine Phiri, juge à la Haute Cour de Zambie, Timothy Kataneka, juge à la Haute Cour de Zambie, Bako Chipola, Procureur Général Adjoint, Ministère Public, Copperbelt Province-Zambia et Monica Mwanza, Chef de Département General et des appels Ministère Public

La formation comprenait des thèmes tels que : Identifier et maintenir la théorie de l’affaire, la plaidoirie du point de vue d’un juge dans l’interrogatoire des témoins, la plaidoirie efficace et comment les erreurs d’éthiques peuvent ruiner votre affaire, la plaidoirie moderne et comment être mieux préparé pour votre affaire, Un interrogatoire principal efficace, La plaidoirie du point de vue d’un juge tout en faisant des soumissions efficaces (orales et écrites), Les impératifs d’une audience virtuelle, Les rouages d’une plaidoirie efficace, L’examen de cas pratiques pour des idées tactiques : l’interrogatoire principal, le contre-interrogatoire et le réinterrogatoire et l’étude de cas pratique pour les bonnes pratiques : l’interrogatoire principal, le contre-interrogatoire et le réinterrogatoire.

La formation perspicace et captivante a été clôturée par Moses Mwanza au nom du Dr. Freda Mwamba-Brazle, Directeur Associé, Innovatus Zambie et Coordinateur National d’AGA-Afrique pour la Zambie.

Click here to change this text